fbpx

Artistes en création

Atlantis Chronicles

Guidé par la voix royale d’Atlas, un homme a assisté à la fin d’un cycle et est devenu le signe avant-coureur d’une nouvelle ère. Alors que des vagues voyous s’écrasaient sur les rives et ravivaient les plaines, alors que la terre ferme s’effaçait complètement, la résurgence d’une île oubliée incarnait la promesse d’une ère de salut. Il est temps pour vous, héritiers de ce voyage immémorial, de plonger dans l’Odyssée d’Otis Barton, le créateur de notre nouvel hymne collectif. Autour de métaphore des fonds marins, Atlantis Chronicles propose un technical death metal progressif. Leur premier album, Ten Miles Underwater, sort en 2013 chez Coroner Records, puis vient le deuxième Barton’s Odyssey qui voit le jour en 2016 chez Apathia Records. Après un financement participatif réussi à 180% de son objectif initial, le groupe prépare aujourd’hui la sortie de son troisième opus Nera.

Booking : Xenoshark

 

Vénus VNR

Des émotions brutes et une musique puissante, voilà les piliers qui forgent le caractère incontrôlable du duo. Après un E.P. sorti fin 2019 et une série de concerts débordants d’énergie et de sincérité, notamment à la Cigale, à l’Aeronef, au Stereolux et au Bikini en 1ère partie de Cadillac, le groupe travaille sur son premier album. Que ceux qui n’ont jamais eu envie de se rebeller leur jettent la première pierre. Que tous les autres se jettent sur leur musique.

Label : Etic System / Booking : Syncope prod

 

 

Léa Ly

Ses mots s’imposent en totale innocence, celle propre à l’adolescence, où la trashitude cool amorce le terrible passage à l’âge adulte. Sa vie de digital native, Léa Ly l’explore à coups d’expériences de jeunesse à la Thérapie Taxi, posant un regard mature sur ce qu’est l’amour et la solitude, en digne rejeton de la génération Eddy de Pretto. Elle s’empare alors de la guitare somnolant au fond du garage de sa maison, et décide de composer, sans réellement tout maîtriser, des airs de pop acoustique. Enchaînant les premières parties (Gauvain Sers, Hoshi, Madame Monsieur), elle se fera remarquer au tremplin Lycéens en Cavale, en tant que coup de coeur du jury, avant de remporter le Tremplin #77. Ses concerts sont de vrais moments d’exploration, livrant des morceaux de vie sans filtres, qui mis bout à bout, content un itinéraire de vie touchant toutes les générations.

 

 

Snap Orchestra

Le Snap Orchestra est un sextet de musique improvisée formé en 2015. Le groupe travaille à la manière d’un collectif, par la participation de chacun à la composition et à la mise en scène. Le Snap propose une conception ludique de la musique et crée un lien particulier avec le public en cherchant une proximité avec les spectateurs, sous des formes originales de concerts. Il crée en 2015 un ciné concert autour de courts métrages de Buster Keaton et crée un concert expérimental et participatif pour le jeune public, Rock You!

 

Les p’tits nouveaux

Fishtalk

Par une subtile combinaison de shoegaze et de dream pop, Fishtalk a tout pour donner ses lettres de noblesse au garage rock d’aujourd’hui. Sur une guitare rocailleuse et impatiente s’envolant parfois dans des airs plus planants, une voix féminine veloutée et intrigante nous fait traverser des territoires où nostalgie, introspection et fébrilité se côtoient pour nous bercer. Créé lors des premiers confinements, le projet Fishtalk réuni quatre étudiant.e.s prometteurs toujours à la rechercher de nouvelles sonorités.

 

Chiara Foschiani

Du haut de ses 17 ans, Chiara Foschiani s’épanouit dans une pop romantique et vaporeuse, animée par des lignes de basse et des percussions intenses. Sur des mélodies à l’harmonique recherché et au goût d’outre-atlantique, elle pose une voix puissante et sûre d’elle.

 

On les garde à l’oeil

Amarula Café Club

Le Amarula Café Club mêle ses influences ethniques Africaines à la froideur des snares 808. Axel, Vincent, Yann & Arnaud délivrent une musique solaire et empruntent autant d’influences ethniques africaines que d’électro, de pop, de hip hop, ou encore de trap.

 

 

Elias Dris

Un peu moins de deux ans après son très remarqué premier album Gold In The Ashes, le jeune parisien Elias Dris revient avec Beatnik Or Not To Be, nouveau disque hyper-audacieux qui habille de productions modernes un songwriting élégant et intemporel. Confectionné en un temps assez restreint (mais intense), Beatnik Or Not To Be présente des chansons extrêmement abouties et soigneusement produites ; audacieuses surtout. Si les ambiances musicales sont largement plus amples et variées que par le passé – et c’est là l’importante évolution -, les compositions se rassemblent toutes autour d’un élément central : la personnalité d’Elias Dris, portée par un chant mêlant la profondeur à la décontraction juvénile.

Label : Vicious Circle / Booking : Premier Jour

 

 

SiAu

SiAu est un chanteur et producteur de chanson synthétique en Français à mi chemin entre la culture électronique britannique (James Blake,Thom Yorke) et la pop indépendante française (Flavien Berger, Malik Djoudi). Avec ses productions électroniques sophistiquées, il réussit l’excellent dosage entre mélancolie retenue et euphorie galvanisante.

Chantier des Francos 2020

 

 

Space Nerdz

Si les steampunks avaient une fin, il en resterait encore des traces sur et sous les masques de Space Nerdz. Dans un univers sombre et futuriste à la Jackson and his Computer Band, ces deux disciples de la musique électronique s’embarquent vers une trance psychédélique, teintée de phases electronica, de guitares saturées et de touches ethniques, façon Shpongle ou Infected Mushroom. Ils laissent dans leur sillage, SMAC et rave confondues, un live expérimental et visuel.

 

 

The Mentalists

Avec une furieuse envie de bousculer les codes des musiques actuelles, The Mentalists – Benoît Giffard, Julien Mercier et Hamza Touré – délivrent des sessions d’improvisations électro-acoustiques, avec trois cuivres augmentés d’effets, reliés à trois ordinateurs dont ils assument chacun la programmation en temps réel. En vrai concept artistique,  leur performance prend racine dans les cultures issues du jazz et des musiques urbaines, pour tendre vers la multiplicité des musiques électronique, improvisée et expérimentale, frôlant les musiques concrètes.

 


(c) Incogito - Oyé Label

DarkJoy

Inspirée par les folks songs de Cavetown, Darkjoy s’inspire de l’énergie rock de Girl in Red ou encore la dark pop de Billie Eilish.

 

Nealer

Nealer ou Melphie enregistre dans sa chambre des airs de bedroom pop, murmurant une urgence de vivre, allant d’influences comme Gotye, GirlinRed ou encore Johnny Goth.